DERNIERES EMISSIONS


22 fevrier 1972 - 22 février 2019; 47 ans l'intolérance politique au Congo par Dr. Alex DZABANA wa IBACKA,
Crée le 21/02/2019 à 19:27:11
Mis à jour le 21/02/2019 à 19:27:11

Dr Alex Dzabana wa Ibacka, Président de l'Association du M22 (Nouvelles des ONG, INDH, organisations régionales et onusiennes)

Dr Alex Dzabana wa Ibacka, Président de l'Association du M22

Hommage aux dirigeants-martyrs du M22
En ce jour anniversaire du 22 février, l’hommage aux dirigeants assassinés, martyrs et victimes de l’intolérance politique dans notre pays est devenu un rituel pour la mémoire collective. Il s’agit de : Prosper Matoumpa-Mpollo, Franklin Boukaka et Elie Théophile Itsouhou en 1972, puis Ange Diawara Bidié, Jean-Baptiste Ikoko, Jean-Pierre Olouka, Jean-Claude Bakekolo, Malonga et leurs compagnons en 1973.
Le M22, mouvement patriotique et révolutionnaire a été une riposte contre l’oligarchie bureaucratique militaire et tribale qui s’instaurait au Congo et voulait en découdre puis éliminer l’aile gauche au sein du parti unique, les officiers de l’Armée Populaire National issus de l’ancienne Défense Civile et les militants des organisations de masses de l’époque ainsi que les patriotes ayant soutenus le mouvement populaire des 13, 14 et 15 août 1963. Il a constitué la première alternative contre le PCT dont les objectifs à sa création en décembre 1969 étaient d’être l’avant-garde qui manquait aux travailleurs et aux paysans dans leurs luttes sociales pour consolider l’Indépendance et la Souveraineté du 15 août 1960, mais hélas….
Le mouvement et la pensée du M22 ont eu et ont toujours aujourd’hui encore une grande audience au sein des populations congolaises au regard de l’éthique, de la pratique morale et de l’anti-tribalisme de ses dirigeants face aux pratiques négatives de la gouvernance actuelle qui ont conduit aux conséquences de la crise multidimensionnelle dans lequel patauge la République du Congo ; au vu des indicateurs économiques et financiers décrits par la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International.
En acceptant le sacrifice suprême de perdre leur vie pour les idées qu’ils défendaient, les dirigeants du M22 au Congo-Brazzaville ont déjoué tous les pronostics inimaginables, après ceux de l’UPC au Kamerun, des Lumumbistes de la RDC et du MPLA de l’Angola ; sur l’incapacité des peuples des états postcoloniaux à dépasser le cadre ethnique pour édifier des sociétés plus justes et qui acceptent la reconnaissance de l’autre dans sa différence.
L’ « Autocritique du M22 », testament politique sans doute, est un matériau de première main de l’histoire immédiate de notre pays à lire, car elle est une formidable source d’enseignements pour les jeunes générations, quand on voit les turpitudes d’une classe politique dont les principales caractéristiques sont l’inconstance et le reniement permanent aux fins de se maintenir au pouvoir en violation des textes constitutionnels et de la bonne gouvernance qui régissent un état de droit dans une République démocratique.
C’est pour perpétuer les courants idées et la pensée de ce mouvement que le 22 décembre 1992 a été créée l’Association M22, enregistrée sous le N° 0389/93/MID/DGAT/SAT du 18 février 1993. L’AM22 est une organisation de la société civile congolaise qui est partenaire –membre des plateformes spécifiques : 1- Plateforme Tournons La Page –Congo pour l’Alternance Démocratique ; 2- Plateforme pour la Liberté, la Démocratie et la Défense des droits Humains ; 3- Plateforme pour la gouvernance, la Transparence et la Lutte contre la Corruption.
Par la profondeur de ses analyses, l’Autocritique du M22 demeure plus que jamais d’actualité pour que vive un Congo prospère dans une Afrique libre et renaissante des peuples, unie dans le refus des frontières imposées à la conférence de Berlin en 1885 et dans la gloire du Kemete de l’ancienne Afrique, Egyptienne et noire, le berceau de l’humanité.
Pour l’Association du M22,
Dr. Alex DZABANA wa IBACKA, Président.