DERNIERES EMISSIONS


Appel à la force publique de prendre ses responsabilités en mettant fin au régime de Sassou et mettre ainsi fin aux souffrances des congolais en renversant Sassou Nguesso
Crée le 21/02/2018 à 20:40:35
Mis à jour le 21/02/2018 à 20:40:35

SASSOU NGUESSO, président par effraction, un véritable mollah de l'arbitraire. Le juge Bayi comme les autres radiés arbitraires seront réhabilités au nom de l'Etat de droit (Violations des Droits de l'Homme en Afrique et dans le monde)

SASSOU NGUESSO, président par effraction, un véritable mollah de l'arbitraire. Le juge Bayi comme les autres radiés arbitraires seront réhabilités au nom de l'Etat de droit

SASSOU NGUESSO, président par effraction, un véritable mollah de l'arbitraire par Me Massengo-Tiassé

Sassou apporte la preuve de la justice aux ordres. Après cinq ans de grand sommeil depuis mars 201, le Conseil supérieur de la magistrature sous la présidence d'un vrai faux président. Sassou Nguesso, vient de prononcer le 20 février à Brazzaville une décision attendue déjà pour tromper encore une de fois la communauté internationale.

Sassou Nguesso, président autoproclamé en avril 2016 a du mal à convaincre l'opinion nationale et internationale pour résoudre la crise généralisée et la mauvaise gouvernance de l'Etat voyou du Congo.
Sassou Nguesso dirigeant de merde est le seul responsable de la mauvaise gouvernance à tous les niveaux. La corruption est devenue endémique. Le choix d'une mauvaise administration de la justice au Congo est de sa seule volonté clanique et tribale. Aucun secteur d’activité au Congo n’est épargné par la corruption et la mauvaise administration au Congo.

Toutes les investigations menées depuis de nombreuses années par nous en tant que chargés de la promotion des droits civils et politiques, des droits économiques, sociaux et culturels y compris donc l'administration de la justice, les services fiscaux et douaniers ainsi que sur les marchés publics, notre constat est clair Sassou Nguesso et son clan restent les seuls responsables des dérives, des détournements à tous les niveaux. Ce n'est pas en faisant comme d'habitude, accusé les innocents, les honnêtes gens sans appuis claniques que Sassou va convaincre les congolais de ses bonnes intentions d'une bonne gouvernance.

Le FMI de Madame Christine LAGARDE ne le suivra pas certainement, après le bluff d'un accord de cessez le feu qui reste lettre morte. Au contraire, la force publique renforcent ses effectifs dans les zones dites pacifiées, pour reprendre demain un autre conflit au Pool, qu'il mettra au nom du Révérend Pasteur Ntumi. Les mises en scène de Sassou sont connues depuis des décennies, retardant ainsi le développement d'un des pays les plus riches d'Afrique au regard de ses ressources, son territoire et sa population.

Sassou a toujours endormi le peuple par les méthodes qui mettent en cause ceux qui relèvent la tête et qui ne s'associent pas à ses manœuvres.

Que Sassou démontre réellement la responsabilité de tous les sept juges radiés pour « faute grave ». Parmi ces cadres de la justice se trouvent Corneille Moukala Moukoko et Mathurin Bayi, respectivement procureur général près la cour d’appel de Brazzaville et président de cette cour, pendant le procès de l’affaire dite du 4 Mars.

Comme dénonçait déjà Maître Amédée Nganga au début du procès des explosions de Mpila, en septembre 2013, cette décision arbitraire de Sassou Président du non Etat, "qu’il s’agit là de gangstérisme judiciaire. Nous sommes là dans une dérive interventionniste de l’arbitraire digne d’un Etat de l’ayatollah. Il nous manque désormais simplement des mollahs de l’arbitraire" pour obéir à la lettre les directives du premier criminel du Congo nous citons Sassou Nguesso.

Nous appelons et soutenons solennellement, un renversement de ce pouvoir au nom des droits de l'homme. L'Etat n'existe plus depuis un bon moment. L'Etat est une entité qui doit avant tout protéger les droits de l'individu et que les peuples sont maîtres de leur destin. Le destin des Congolais est confisqué et étouffé par un grand prédateur de la famille d'Hitler. C'est pourquoi nous prenons notre responsabilité en lançant cet appel à la force publique congolaise, de prendre ses responsabilités en renversant ce pouvoir, au nom du sacro saint principe reconnu par le 3è considérant du préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Oui au nom du respect des droits de l'homme, vous avez le droit de Déposer l'Etat du clan Sassou, qui s'est fortement disqualifié. L'Etat tel qu'il est au Congo, a en effet perdu sa légitimité. On ne peut dans le domaine du respect et de l'application des droits fondamentaux des congolais, tout attendre d'un Etat de merde s'appuyant sur une dictature féroce, remplaçant la bonne administration de la justice par une police politique répressive. C'est ainsi que nous vous demandons de méditer sur ces considérant de la déclaration universelle reconnue par les textes juridiques qui régissent le Congo.
" Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde,
Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme,
Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression,"

Me Massengo-Tiassé
Superviseur de la Résistance extérieure contre la tyrannie de Sassou


=======================================================-------------------------------------------------------

LE JUGE MATHURIN BAYI SERA REHABILITE TOT OU TARD
par Sylvain SENDA membre du bras juridique et judiciaire de la Diaspora congolaise. BJJ

Le Conseil supérieur de la magistrature régi par la Constitution et par la loi organique 22/2008 du 26 juillet 2008, s’est réuni en session ordinaire le 20 février 2018, au palais du Peuple à Brazzaville, sous la présidence de  SASSOU N'GUESSO Denis,  Président par effraction du Conseil supérieur de la magistrature.
 
Après avoir constaté que certains faits sont constitutifs du manquement aux obligations de dignité, de délicatesses attachées à la fonction de magistrat et au devoir de son état, le Conseil supérieur de la magistrature a décidé:
- La révocation de 7 magistrats pour fautes professionnelles graves. Dans la ligne de mire des magistrats révoqués figure curieusement le juge Mathurin BAYI. Qui est Mathurin BAYI?
Dans une république inculte de juridiction lorsqu'un magistrat courageux et déontologiquement aguerri refuse les ordres de sassou nguesso denis, il devient défavorablement connu . Ces congolais intègres sont issus d'une race en voie de disparition.
Beaucoup d'intellectuels congolais sont en danger d'extinction. La nature a toujours éliminé des espèces et d'autres sont apparues grâce à la sélection naturelle. A mesure que le climat politique congolais changeait naturellement, les races de congolais s'adaptaient ou disparaissaient, mais le processus était naturel et durait depuis les indépendances jusqu'à l'arrivée au pouvoir du dictateur Sassou Nguesso Denis.

Depuis que l'oyasapiens a inventé l'oyocratie, démocrates et intellectuels aux gènes hyper résistants au virus sassou nguesso deviennent par destination des races en voie de disparition, certains pensent que c'est mécanisme normal de la sélection naturelle du tosa ô lia, du tosa ô bika, de soki ô boyi sassou sala mokili na yo, du tosa ô bika.....
 
Finalement, avec la maitrise de la technologie bactériologique et balistique par les chantres de l'oyacratie "empoisonnements, génocides, meurtres, assassinats" l'équilibre a été complètement ébranlé par espèces d'animaux sauvages majoritairement pecetistes, 
Pour la petite histoire, ce juge en pleine délibération ( 1) collégiale  dans l'affaire Ntsourou des explosions du 04 mars avait été interrompue par l'irruption sauvage de six policiers porteurs de "sacs de Nguiris (2) conséquemment volumineux pour le mettre aux ordres corrupteurs de sassou nguesso denis. Le juge BAYI par un calme judiciairement professionnel leur demanda de déposer sur la table délibérative les sacs et le verdict diaboliquement rédigé par le grand juriste timonier de la présidence Benjamain BOUMAKANI, verdict condamnant lourdement le colonel Marcel NTSOUROU. Et, par la suite, il leur dit " vous pouvez disposer". Le calme juridictionnel retrouvé le juge Bayi tança sa formation collégiale en disant" Celui qui veut prendre les nguiris est libre de le faire mais nous allons délibérer au regard des faits, du procès et du dossier qui nous a été présenté par le magistrat instructeur et la police politique judiciaire la DGST"
A la vérité, le dossier confié au juge BAYI souffrait d'une carence sidérale de preuves. En un mot ce dossier était bancal et d'un amateurisme inégalé. C'est la conséquence de la falsification des diplômes dénoncée par mon confrère maitre Maurice Massengo Tiasse dans sa lettre réponse au sujet de la tentative frauduleuse de Jean Dominique OKEMBA, en 1996 à Paris, d'obtention d'un diplôme apocryphe aux fins d'atteindre à la lumière d'un éclair les sommets de l'Etat autrement que par la nonchalance des fétiches.
Ayant tenu compte de l'incompétence des services de la DGST dans le dossier NTSOUROU, le juge Bayi a désavoué le verdict entaché de machiavélisme pondu honteusement par sassou nguesso Denis pour rentrer en voie de relaxe. Cette relaxe a rendu noir de colère sassou nguesso denis...Trop tard la messe était dite BAYIMENT.
Aux surlendemains du verdict courageux et érudit de juridiction, le juge Mathurin BAYI, premier président de la cour d'appel de Brazzaville a pris, à la mi-journée, un vol à l'aéroport international de Maya-Maya à destination de Cotonou au Benin. L'appareil qui assurait le vol Brazzaville-Pointe-Noire-Cotonou était en correspondance à Pointe-Noire quand les hommes de main du Colonel Alphonse Obouandé (directeur départemental de la surveillance du territoire au Kouilou) ont fait irruption et demandé au magistrat de descendre. Une fois débarqué, il lui a été signifié que : "sur instruction de colonel Philippe OBARA, le directeur général de la surveillance du territoire (DGST), il lui était interdit de sortir du territoire national et avait l’obligation de se présenter dans les bureaux de ce dernier". Après trois heures d’interrogatoire et de pression, les agents de la force publique lui retirent son passeport, puis lui intiment l'ordre d'embarquer dans le premier avion en direction de Brazzaville. Ce qui fut fait. Pour témoigner de leur solidarité envers M. Mathurin BAYI, deux présidents des chambres de la cour d'appel de Brazzaville, accompagnés du bâtonnier de Brazzaville, Me Thomas Ndjolani et de Me Ambroise Malonga se sont présentés à l'aéroport de Maya-Maya à sa descente d’avion.
Désabusé et très remonté, M. Mathurin BAYI a affirmé à ses collègues qu'il était hors de question pour lui de se rendre à la Direction de la surveillance du territoire, répondre à la convocation du Colonel Philippe OBARA (l'homme à tout faire de Jean François Ndénguet). Il était reproché au magistrat de n'avoir pas respecté la sentence dictée par le régime c'est à dire infliger une peine de 10 ans d'emprisonnement ferme au Colonel Ntsourou.
In fine, comme sassou nguesso excelle dans le criminel, rumine  et digère sa vengence lentement en la dissimulant soigneusement dans ses idées et ses émotions, tout en la préparant méthodiquement. Il vient enfin de savourer copieusement le juge BAYI...
Ce juge sera réhabilité sine die .   INGETA
 
 
(1) "La délibération est une confrontation de points de vue visant à trancher un problème ou un choix difficile par l'adoption d'un jugement ou d'une décision réfléchie. Elle peut être effectuée par un individu seul, mais aussi par un groupe d'individus ou une collectivité. Elle débouche en général sur une décision ou un choix, mais peut aussi rester aporétique."
(2) Sacs de nguiris est un procédé de corruption ayant cours au Congo Brazzaville consistant à corrompre politiquement une personne en lui remettant un sac traditionnel en fibre raphia rempli d'une forte somme d'argent pour faire ou ne pas faire quelque chose.
 
Me Sylvain SENDA membre du bras juridique et judiciaire de la Diaspora congolaise. BJJ