DERNIERES EMISSIONS


Mali: L'appel des Organisations de la société civile africaine et internationale pour mettre un terme à toutes formes de violations des droits de l'homme
Crée le 10/07/2012 à 10:44:32
Mis à jour le 10/07/2012 à 10:44:32

Les Miliciens de Ansar Dine mise en cause dans les violations des droits de l'homme dans le Nord du Mali (Nouvelles des ONG, INDH, organisations régionales et onusiennes)

Les Miliciens de Ansar Dine mise en cause dans les violations des droits de l'homme dans le Nord du Mali


Les Organisations de la Société Civile Africaine et internationale réunies à Genève lance un appel pour le retour à la paix, le respect de l'intégrité territoriale du Mali et une gouvernance responsable en Afrique

Après avoir pris la mesure de l'extrême gravité de la situation qui prévaut depuis février 2012 au Nord du Mali, pays dépositaire de la Charte de Kouroukanfouga ou Charte de Mandé (On trouve dans cette charte le respect de la vie humaine, la liberté individuelle, la justice, l'équité, et la solidarité), et interpellées par l’immobilisme inquiétant de la CEDEAO et de l'Union Africaine, lancent le présent appel pour demander :
- Aux groupes extrémistes
De respecter l'intégrité territoriale du Mali, Etat membre de l’Union Africaine et des Nations Unies;
De mettre un terme à toutes formes de violations des droits humains, notamment les violences faites aux femmes et les enfants, l'intolérance religieuse, le pillage, la profanation et la destruction des sites historiques classés patrimoine mondial par l’UNESCO, le trafic d’armes et de drogue, l'imposition de la Charia au mépris des croyances et des valeurs religieuses traditionnelles africaines, antérieures à l'avènement des religions monothéistes;
De cesser toute forme de terrorisme, de menaces et d'intimidations à l'égard des populations civiles sans défense prises en otage;
De privilégier le dialogue inclusif afin de trouver une solution satisfaisante pour toutes les parties concernées, sous l'arbitrage impartial de la société civile africaine et internationale ;
- A l'Union Africaine
De faire preuve de plus d'engagement et de responsabilité pour sécuriser et stabiliser rapidement le Mali, et ainsi éviter la déstabilisation de toute la région du Sahel;
De convoquer en urgence une Conférence Panafricaine sur la problématique des peuples autochtones et des minorités en Afrique;
De saisir cette occasion pour remédier aux manquements graves de l’Union Africaine dans la gestion des crises qui se sont succédées en Afrique depuis sa création ;
De tirer les leçons des différents échecs en vue d’engager des réformes courageuses de la Commission de l’Union Africaine afin de renforcer sa capacité de réponse aux crises présentes et à venir ; citons, à titre d’exemple, les crises de la Corne de l'Afrique, du Soudan, de la Cote d'Ivoire, de la RDC, de la Libye, de la Somalie et de la Guinée-Bissau etc…
- A la CEDEAO
De faire preuve de diligence, en tant que gestionnaire de l’espace sous-régional ouest-africain, dans la mise en oeuvre des mesures prises pour la normalisation de la situation globale du Mali ;
- Aux Etats qui appuient les groupes terroristes au Mali
D'arrêter immédiatement toute forme de soutien aux groupes extrémistes ainsi que toute forme d'ingérence dans les affaires internes du Mali.
- A la Communauté internationale
De tout mettre en oeuvre pour faire respecter le moratoire ouest africain du 13 octobre 1998, sur l’importation, l’exportation et la fabrication des armes légères;
D'accompagner les efforts de la CEDEAO et de l'Union Africaine en vue d’assurer la protection et la sécurisation des populations civiles au Mali, et le rétablissement des institutions républicaines;
- Aux agences humanitaires internationales
De mobiliser sans délai l'aide humanitaire nécessaire afin d’éviter une catastrophe humanitaire à grande échelle dans la région du Sahel;
- A la société civile africaine et internationale
De s'impliquer davantage dans la recherche d'une solution efficiente et durable de la crise malienne ;
Fait à Genève, le 5 Juillet 2012 3

Organisations signataires :
ACAP (Académie Africaine pour la Paix)
AIPD-GL (Action Internationale pour la Paix et le Développement dans la région des Grands Lacs)
Al-Hakim Foundation
ASF (Association Apprentissage Sans Frontière)
Culture Solidarité Afroindigena
CAPSDH (Commission Africaine des Promoteurs de la Santé et des Droits de l’Homme)
CECIDE (Centre du Commerce International Pour le Développement )
CIRAC (Comité International pour le Respect et l’Application de la Charte africaine des Droits de l’Homme et des Peuples)
CIRID (Centre Indépendant de Recherche et d’Initiative pour le Dialogue)
CMDP ( Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine )
CONGAF (Coordination des ONG africaines des Droits de l’Homme et du Développement)
CRDDH (Comité Rwandais pour la Démocratie et les Droits de l’homme)
CNTG (Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée)
CSTM (Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali)
DAPSI (Diaspora Africaine pour la Société de l’Information)
EAI (Espace Afrique International)
FEMNET MALI ( Réseau de Développement et de Communication des Femmes Africaines)
IAC (Inter-African Committee)
OUSA (Organisation de l’Unité Syndicale Africaine )
OGDH (Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme)
OSCA (Organisation de la Société Civile Africaine)
RADDHO (Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme)
SSIHRL (Spanish Society for International Human Rights Law)
UIDH ( Union Interafricaine des droits de l’homme )
UTA (United Agency for North South Cooperation )
UNTM ( Union Nationale des Travailleurs du Mali)
UTMF (Union des Travailleurs Maliens de France)
TCHAD Environnement

Les Organisations de la société civile africaine et internationale réunies à Genève, au Palais des Nations, en marge de la 20ème session du Conseil des Droits de l'Homme de l’ONU.
BIRO DIAWARA