DERNIERES EMISSIONS

Antenna Soft

Me Maurice Massengo-Tiassé s’interroge sur la stratégie de Ntoumi pour faire partir la dictature
Crée le 07/09/2018 à 11:58:50
Mis à jour le 07/09/2018 à 11:58:50

Le Pasteur Ntumi recevant Me Massengo-Tiassé à Soumouna en présence du Dr Gustave Ntondo (en bleu un peu en retrait) (Actualités)

Le Pasteur Ntumi recevant Me Massengo-Tiassé à Soumouna en présence du Dr Gustave Ntondo (en bleu un peu en retrait)

Me Maurice Massengo-Tiassé s’interroge sur la stratégie de Ntoumi pour faire partir la dictature

La montagne de la résistance a-t-elle accouché d’une souris ? C’est ce qui inquiète Me Massengo-Tiassé qui connaît bien la galaxie ntoumiste.

Non je n’adhère pas à une paix et une négociation sans arbitrage international et participation de toutes les forces vives de la Nation y compris l’église qui a eu le mérite de faire un constat alarmant de la situation sociale économique et politique du Congo. Non je ne cautionne pas une négociation entre coquins et copains.
C’est dommage que Jean Gustave Ntondo qui a obtenu un cessez-le-feu et les autres pseudos négociateurs aient pu se faire rouler par le pouvoir sanguinaire en n’insistant pas sur les clauses et les premières exigences de Ntumi parmi lesquelles la libération sans condition de tous les prisonniers politiques. Une fois de plus cette exigence est restée lettre morte, jetée aux oubliettes par le tyran de Mpila.
En fait, alors que toutes les clauses conduisant à une véritable paix n’ont pas été appliquées, voilà le Pasteur Ntoumi et ses proches s’appliquent avec zèle à faire ramasser les armes. Une opération de dupes qui veulent des postes dans le pouvoir usurpé par Sassou qu’ils ont cependant combattu en prenant le maquis.
Je suis opposé à votre aventure et à votre amateurisme politique. Après la signature des accords en décembre 2017, voici neuf mois, je continue de les désapprouver sous la formulation actuelle. Vous aurez pu corriger votre erreur en associant toutes les forces vives de la Nation, l'opposition, la société civile y compris les confessions religieuses à cette phase des négociations, pour parvenir à une véritable solution politique de la crise issue du changement de la constitution et du holdup électoral.
Votre attitude risque de vous confondre. Vous passerez, en définitive, pour des complices du génocide dans le Pool.
Vous n’avez même pas pu démentir le grossier mensonge du surprenant et hésitant Général Norbert Dabira à son procès, où il a raconté des inepties du genre : les armes des forces d’autodéfense contre la tyrannie provenaient de Nianga Mbouala. Doit-on conclure que qui ne dit mot, consent ?
Je suis sidéré contre votre éventuelle complicité avec un pouvoir sanguinaire, en contraignant Ntoumi à votre éventuelle stratégie de faire partie de l’équipe de Sassou comme certains membres du CNR l’ont déjà fait avant vous. Même s’il ne le proclame pas haut, Ntoumi a été piégé par les siens car la lisibilité de son combat pose désormais problème dans l’opinion nationale.
Aujourd’hui le pouvoir corrupteur verse à chaque membre du Comité de suivi des accords 500.000 de francs par mois.
Quelle méprise en négociant avec un statut juridique flou ?
Vous ne me direz pas que ce n’est pas de la corruption ? ce n’est pas une tentative de corruption ou une corruption tout court ? Certaines institutions et personnalités comme Marius Mouambenga, au stade actuel de suivi des accords, auraient pu s’impliquer puisque le « fameux » Coordonnateur Résident du système des Nations Unies, le Ghanéen Anthony Kuaku Ohemeng Boamah brille par son inaction au Congo. Ce dernier préfère couvrir l’une des dictatures les plus sanguinaires de la planète et profiter de ses largesses pour s’enrichir au Congo. Où est la participation de la communauté internationale et des forces vives de la Nation comme l’avait voulu et déclaré Ntumi. On la cherche en vain. Le médiateur Ghanéen s’est tellement fait du beurre dans la crise congolaise qu’il est devenu un grand investisseur immobilier à Accra.
En deux ans de résistance, qu’est-ce que vous avez fait pour que le Pool ne soit plus une forteresse avec plusieurs bases militaires alors qu’il était question que la force de Sassou se retire complètement de ces localités ?
Le sort des populations du Pool est négligé, rien n’a changé.
Celles ci ne sont ni assistées ni soutenues, alors qu’elles ont droit à réparation du préjudice subi.
Je suis très en colère en vous disant ce que je ressens du piège qui vous a été tendu par l’homme qui aime le goût du sang.
J’insiste que vous auriez pu démentir les propos incohérents du général DABIRA. Nombre de Ninjas ont été surpris d’entendre ce genre de propos de Norbert Dabira sans que vous n’ayez le courage de porter un cinglant démenti.
Or, ma liberté de parole et ma franchise me poussent à dire ce que j’ai vu et entendu au cours de mon bref exil intérieur dans le Pool. Oui je confirme que les ninjas avaient ravi les armes des militaires stationnés dans les 12 gares CFCO traversant le Pool. J’ai été témoin à la gare de Kibossi du désarmement des forces publiques par les Ninjas.
Vous aurez pu donc démentir au lieu de laisser Dabira créer le doute dans l’esprit de ceux qui croient encore en la sincérité du combat des résistants dans leur mission d’autodéfense, car comme le stipule le 3è considérant de la Déclaration Universelle des droits de l’homme : « il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression. »
Nous ne fléchirons jamais sur ce principe cardinal repris par Sassou, quand il dit le 26 novembre 1992 : « Lorsque la Constitution est violée, les démocrates ne doivent pas l’accepter…Nous prenons l’opinion internationale à témoin. »
Mon cher Ntondo, votre démarche ne renforce-t-elle pas l’hypothèse de « Ntoumi allié de Sassou dans le Pool.» ?
Au bout du compte pour vous comme pour les Nianga-Mbouala, le Pool reste le grand fonds de commerce jamais constitué sous Sassou, loin devant le maquis d’Ikonongo avec Pierre Anga.
Sassou doit partir pour que le Congo se développe dans la paix et l'unité nationale.

Me Maurice Massengo-Tiassé
Initiateur de la Résistance contre la tyrannie de Sassou depuis 2009 avec le Forum la Voix des Sans Voix.