DERNIERES EMISSIONS


Nicéphore Dieudonné SOGLO Président de l’alliance internationale des villes pour le devoir de mémoire et le développement
Crée le 07/07/2010 à 23:36:12
Mis à jour le 07/07/2010 à 23:36:12

Nicéphore Dieudonné SOGLO Ancien Président du Bénin élu Président de l'Alliance internationale des villes pour le devoir de mémoire et le développement (Nouvelles des ONG, INDH, organisations régionales et onusiennes)

Nicéphore Dieudonné SOGLO Ancien Président du Bénin élu Président de l'Alliance internationale des villes pour le devoir de mémoire et le développement

Lundi 28 juin 2010, l’association "l’alliance internationale des villes pour le devoir de mémoire et le développement" s’est créée, dans le cadre de la 4e édition du Forum des droits de l’homme qui se déroulait à la Cité des congrès de Nantes.
Ce projet s’inscrit en cohérence avec le travail de mémoire et d’histoire engagé par la Ville de Nantes depuis 1992, avec l’exposition les anneaux de la mémoire, pour regarder en face son passé de premier port négrier français, et qui aboutira à l’inauguration en septembre 2011 du mémorial à l’abolition de l’esclavage.
"L’alliance internationale des villes pour le devoir de mémoire et le développement" entend faire vivre un réseau de Villes sur les trois continents impliqués dans la traite atlantique pour engager des relations fécondes dans les domaines : - de l’histoire de la Traite, de la culture, de l’éducation et de la jeunesse.
Cette association institutionnalise les engagements pris par une vingtaine de Villes des Trois continents, dans les Déclarations: d’Antananarivo en novembre 2005, de Nantes en juillet 2006 et lors du 2è Forum mondial des droits de l'homme. L'association va désormais approfondir le travail historique lié à la Traite et construire sur ces fondations de vérité, mais aussi d’injustice et de souffrance, des relations de liberté, d’égalité et de respect.
Cette assemblée générale constitutive s'inscrit également dans la continuité de la réunion du Réseau International des Anneaux de la Mémoire à Limbé, au Cameroun, les 4 et 5 décembre 2009.
La présidence de l’association revient à Nicéphore Dieudonné SOGLO, Maire de Cotonou et ancien Président du Bénin (1991–1996) qui fut à l’origine du programme de l’Unesco "la Route de l’Esclave" et qui a créé en 1992 le premier grand Mémorial de l’Esclavage en Afrique : la "Porte du non retour" à Ouidah.
Sont également impliquées, dans le bureau de l’association, les Villes de Nantes et de Dakar.
Plusieurs Villes et personnalités de la Recherche étaient présentes lors de cette première Assemblée générale.
Blaise Onésiphore GLELE AHANHANZO, Maire d’Abomey, Bénin
Sa Majesté Jean-Marie TANEFO, Chef Supérieur de Bamendjinda, Cameroun
Daniel GROSCOLAS, Vice-président de la Communauté d'agglomération de La Rochelle
Nicéphore SOGLO, Maire de Cotonou, Président de l’Alliance Internationale des Anneaux de la Mémoire
Octave CESTOR, Conseiller municipal délégué aux relations entre Nantes, l'Afrique et les Caraïbes
Brigitte NICOLAS, Conservateur du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient, représentant la Ville de Lorient
Ibra NIANG FAYE, Vice-président de la Commission coopération décentralisée de Rufisque
M. Doudou Issa NIASSE, 4ème adjoint au Maire de DAKAR
Yvon CHOTARD, Président de l’association Les Anneaux de la Mémoire
Maurice GUYMENDEGO, historien
Françoise LE JEUNE, Vice-présidente du Conseil universitaire des relations internationales de l’Université de Nantes
Ibrahima THIOUB, historien, Professeur à l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar), résident associé à l’Institut d’Etudes Avancées de Nantes
Françoise VERGES, Présidente du Comité pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage

Ainsi que des représentants de la Ville de BAMAKO : Nene SOUKOUNA, conseillère du district de BAMAKO, Hadja FANTA DIARRA, officier d’état civil, Aminta BAH, épouse KEITA, élue commune 3 de BAMAKO.

Dans les prochains mois, l’association se dotera d’un secrétariat permanent et mettra sur pied les premiers projets de collaboration, notamment dans la perspective de l’inauguration de Mémorial à l’abolition de l’esclavage en septembre 2011.