DERNIERES EMISSIONS


Thierry Lézin MOUNGALLA tente de bâillonner la presse par Armand Richard MANDZIONO
Crée le 06/02/2013 à 11:15:00
Mis à jour le 06/02/2013 à 11:15:00

Le Centre Panafricain des Droits de l'Homme abrite le siège du réseau Forum Radio Télévision des Droits de l'Homme à Brazzaville (Violations des Droits de l'Homme en Afrique et dans le monde)

Le Centre Panafricain des Droits de l'Homme abrite le siège du réseau Forum Radio Télévision des Droits de l'Homme à Brazzaville





Après nos propos plus que vrais, vient de se confirmer la maxime suivante : « ceux qui se sentent morveux se mouchent ». Ulcéré par la vérité des faits, le ministre Moungalla est allé droit à la direction générale de la Sopéco, le mercredi 30 janvier dernier, pour vouloir porter un démenti devant les travailleurs convaincus de sa responsabilité dans le détournement opéré par son ‘’homme de main’’ au CCP, mais des travailleurs apeurés et timorés de lui donner la preuve de son implication personnelle.

Au lieu d’user de son droit de rectification ou son droit de réponse, Thierry Moungalla engage une épreuve de force avec Maître Maurice MASSENGO-TIASSE en le traduisant en justice, lui faisant ainsi injonction de retirer sur tous les réseaux sociaux l’article publié dans le site du réseau Forum Radio Télévision des Droits de l’Homme (www.frtdh.org), «le réseau de Thierry MOUNGALLA pilleur au CCP de Brazzaville démasqué ou l’échec du FMI dans le contrôle des dépenses des entreprises publiques au Congo».

Cette ordonnance reçue au siège du Forum à Bacongo Brazzaville le 5 février 2013 à 12h15, fixe à 1000000 de Francs Cfa, l’astreinte comminatoire jusqu’à la preuve du retrait de cet article.
Comment peut-on se conformer immédiatement à cette ordonnance établie suite à une requête introductive adressée à Monsieur Mathurin BAYI Président du Tribunal de Grande Instance de Brazzaville en date du 4 février 2013 ?

Le site du Frtdh est hébergé en dehors du Congo et dépend de la législation de l’Etat hébergeant. Thierry MOUNGALLA n’a rien compris de son séjour en France, Etat respectueux de la liberté de la presse et de l’information. Cette façon de faire et d’induire la justice en erreur nous rappelle les régimes de Staline, Kim Il sung et des dictatures militaires ou civils de mauvaise réputation.

En France, la Loi pour la confiance dans l'économie numérique prévoit un droit de réponse sur l'internet. La procédure « ne peut être engagée lorsque les utilisateurs sont en mesure, du fait de la nature du service de communication au public en ligne, de formuler directement les observations qu'appelle de leur part un message qui les met en cause ».

Le droit de réponse diffère selon le vecteur de communication utilisé. Sur l'internet, il est accordé à toute personne « nommée ou désignée » dans un délai de trois mois à partir du jour où l'article concerné a été publié. Le site a trois jours pour publier la réponse (vingt-quatre-heures en période de campagne électorale).
Le défenseur des droits de l’homme actuellement en séjour sanitaire en France a demandé à Maître NKOUNKOU Dieudonné de le représenter. Nous allons tous soutenir le président du Forum..Le son de cloche attendu par le peuple pour amorcer la désobéissance civile.,vient d’être annoncer par les gouvernants eux même, alors que beaucoup d’entre nous l’attendions d’autres sources.
Cette ordonnance porte gravement atteinte à la dignité de Me Massengo-Tiassé qui se sent déshonorer.

Voilà une situation qui réjouit les étudiants et de nombreux citoyens qui soutiennent le président du réseau FRTDH. Nous attendons ce procès public et non une simple ordonnance pour faire un exemple dans la dénonciation de tous ceux qui pillent et étranglent le CONGO.
Nous continuons nos enquêtes et nous répondrons devant la justice pour évoquer toutes les affaires des biens mal acquis au Congo. Voilà une occasion qui est donnée à la population de soutenir le non pas Défenseur des droits de l’homme. En personne physique, plutôt de soutenir la légalité même sur les droits de l’homme.
Nous continuons nos investigations.

Les cadres et agents devant lesquels Thierry MOUNGALLA s’est exprimé avec colère savent en effet que son conseiller Daho et son fameux consultant Inko Patrice ont toujours fait des incursions au CCP pour exiger du chef de Centre, l’infortuné Dieudonné Jacob Ngakosso, des sommes importantes chaque mois ou à l’occasion d’une mission officielle ou officieuse.
L’attaché Marius Balendé, un repris de justice, auteur jadis d’un colossal détournement à l’époque de l’Onpt, licencié de ce fait, n’est pas du reste.

Parmi ceux qui l’écoutaient, il y avait ceux et celles à qui le ministre Moungalla envoyait auprès de la Directrice générale la supplier, pour lui remettre des sommes faramineuses d’argent. Quand il intimidait les travailleurs, les mettant au défi de dire publiquement à qui il aurait demandé de lui apporter cent millions (100.000.000) de fcfa, il savait bien que personne n’oserait lever son petit doigt pour lui apporter la preuve.

Deux raisons majeures expliquent le comportement des cadres et agents :

- La première, parce que ce n’est pas le montant exact qu’il demandait mieux qu’il exigeait, c’était plus de cent millions ;

- La seconde, c’est par pudeur et par respect à sa fonction mais beaucoup plus par peur de perdre son poste que personne ne pouvait avoir le courage d’affronter un ministre ulcéré à ce degré.

La majorité des cadres à la Sopéco ont atteint ou dépassé l’âge de la retraite refusant de faire valoir leur droit à celle-ci, d’autres sont à la porte de celle-ci. Ils comptent bénéficier de la grâce du ministre en se taisant, ne voulant dénoncer publiquement cette incurie, ils le font dans l’ombre… Ils sont fatigués et dépassés, incapables de contrôler les services placés sous eux. Notons que la moyenne d’âge des cadres à la Poste est aujourd’hui de 67 ans… que peuvent-ils proposer aujourd’hui pour apporter l’innovation à la Poste…Rien du tout…le conseiller Poste et l’Inspecteur général au ministère en sont des exemples très illustrants.

A la vérité, avec de tels comportements affichés par un ministre comme celui-là, on ne peut pas être surpris du triste classement du Congo en matière de « doing business ? »…dernier en Afrique. Quelle une calamité…


Armand Richard MANDZIONO


Directeur Général du Forum Radio Télévision des Droits de l’Homme de Brazzaville