DERNIERES EMISSIONS

+ de Infos du Congo


Indépendance : Les années de plomb du Congo: Les acteurs de la révolution marxiste léniniste de Marien Ngouabi aux tendances régionalistes et tribalistes d’un groupe d’officiers originaires du nord. 2ème partie de 1970 à 2010 :
Ajouté le 14/08/2011



Marien NGOUABI fonde 31 décembre 1969, le Parti Congolais du Travail (PCT) d’obédience marxiste léniniste.
Le 22 février 1972, l’un des fondateurs du PCT, le Lieutenant Ange Bidié Farimaka DIAWARA , Jean-Baptiste IKOKO, BAKEKOLO et autres compagnons tentent un coup de force en dénonçant d’une part l’embourgeoisement des membres de la direction politique et d’autre part les tendances régionalistes et tribalistes d’un groupe d’officiers originaires du nord du Congo au détriment des valeurs révolutionnaires d’éthique et d’intégrité.

Le Congo connaît les évènements les plus obscurs et tragiques en mars 1977**. Une faction de nordiste dirigée par Denis SASSOU à commandité les assassinats du Président Marien Ngouabi, de l'ancien Président MASSAMBA DEBAT, du Cardinal Emile BIAYENDA et de l'Ancien Chef d'Etat major le Capitaine Luc KIMBOUALA NKAYA.

Le 19 mars 1977, un Comité militaire du Parti est constitué. Il est présidé par le commandant Denis Sassou NGUESSO (né en 1943) jusqu'au 2 avril 1977. Le 3 avril 1977, le Colonel Joachim YHOMBI OPANGO (né en 1939) devient le nouveau Président de la République.

Le Professeur Pascal LISSOUBA est arrêté par YHOMBI. Le procès des pseudo-assassins de est dirigé lamentablement par Jacques OKOKO qui va s'écrier "aucun pardon pour les assassins du camarade Président" Tous les condamnés au procès sont exécutés au petit matin sur ordre du Président YHOMBI, qui refusera la grâce.Le Congo sombre dans une dictature.

Le lundi 5 février 1979, au cours d'une réunion du Comité Central du PCT, le Général YHOMBI OPANGO est mis en minorité. Le Colonel Denis SASSOU NGUESSO devient Président de la République.

La terreur et les intimidations continuent. En août 1986, la Cour révolutionnaire de justice juge les auteurs présumés des attentats de 1982. Claude Ernest NDALA est condamné à mort tandis que Jean Pierre Thystère TCHICAYA est condamné à cinq ans de prison avec sursis.

Le mois de juillet 1990, le Président Denis SASSOU annonce des réformes politiques dont la fin du parti unique et de l'hégémonie du Parti Congolais du Travail (PCT) incontestée depuis 1970.
La Conférence Nationale Souveraine se tient du 25 février au 10 juin 1991.
Le 15 mars 1992, la constitution est approuvée par le référendum. Les conseillers municipaux et régionaux sont élus, ces derniers n'ont jamais exercé leurs fonctions. En juin et juillet 1992, les députés sont élus au suffrage universel et enfin le 16 août 1992, le Président de la République est élu s'est le Professeur Pascal LISSOUBA. Il est chassé du pouvoir par un coup de force militaire qui fera de milliers de morts entre juin et octobre 1997. SASSOU NGUESSO soutenu par la France de Chirac revient aux affaires.

N'ayant pas tiré les leçons de la Conférence nationale souveraine
Le régime de SASSOU NGUESSO s'est installé dans une routine tranquille faite de manipulation, de corruption, d'élections truquées, d'arbitraire avec son cortège d'intimidation, de justice aux ordres, d'arrestation, d'assassinats déguisés et surtout de collaboration mystico-magico de confrérie de sang qui proscrit toute trahison en condamnant à mort par empoisonnement le coupable.

Les signes d'hostilité de la majorité de la population sont de plus en plus manifestes. Scrutin après scrutin, les urnes sont désertes en signe de défiance d'un pouvoir devenu autoritaire, clanique et corrompu. Le peuple ne trouve plus son compte il ne reste qu'à vivre la révolution à la tunisienne ou éguptienne.

** A ce sujet un article plus détaillé sera publié prochainement.


Voir toutes nos émissions de Infos du Congo