DERNIERES EMISSIONS

+ de Infos du Congo


L'empoisonnement de Parfait Kolélas, un déchirement pour ceux qui espéraient une révolution au Congo: Me Tiassé s'explique. :
Ajouté le 30/03/2021


La disparition de Guy Brice Parfait Kolélas est, évidemment, un déchirement pour ceux qui l’ont connu et qui espéraient, la révolution contre le Système Sassou. C’est d’ailleurs son dernier message qu’il nous a laissé, à savoir, « Peuple congolais, je me bats sur mon lit, battez-vous aussi pour vos enfants pour le changement » (sa vidéo sur son lit de mort diffusée samedi, 20 mars, ndlr).
Lorsqu’il s’est lancé dans cette nouvelle campagne, j’étais très sceptique avant de réviser ma position, et enfin, de lui apporter mon soutien.
Oui les problèmes sociaux politiques ne doivent pas être analysés ou réglés comme dans un champs de guerre. Les congolais et congolaises sont des frères et sœurs qui devraient se tolérer dans la divergence de leurs opinions.
Moi Massengo-Tiassé, je n’ai jamais changé d’orientation à ce qui est mon action depuis près de 45 ans la défense des droits de l’homme. Un défenseur des droits de l’homme n’est pas une girouette comme on en voit en politique. Il encourage plus tôt le respect et l’application des principes des droits de l’homme. Le bon sens devrait permettre aux gens de mieux apprécier notre démarche, au lieu de verser dans la médiocrité des gens haineux versés dans le mensonge de tous les jours comme le PCT, versés dans les polémiques stériles.
Notre action consiste d’une part à appuyer les causes des forces nationales (partis politiques, société civile) qui se battent pour le respect des droits de l’homme et d’autre part de soumettre aux organes et institutions de l’État, ainsi qu’aux organismes s’occupant des affaires publiques, des critiques et propositions touchant l’amélioration de leur fonctionnement, et de signaler tout aspect de leur travail qui risque d’entraver ou empêcher la réalisation des droits de l’homme.
Tant que vous ne comprendrez jamais la mission qui est la nôtre vous ne ferez pas avancer la cause des droits de l’homme. Notre mission de rechercher, d’obtenir, de recevoir et de conserver des informations relatives aux droits de l’homme ne doit pas être incomprise ni mal interprétée.
Malgré le différent juridique et d’appréciation des faits avec Parfait Kolélas qui en décembre 2019, m’avait assigné en justice pour diffamation pour des propos qui circulaient déjà dans les réseaux sociaux. Le juge a prononcé la nullité de citation dans cette affaire qui nous opposait après la parution du livre : "L'autopsie d'un Etat totalitaire : Crimes d'un génocidaire" aux éditions Forum des Sans Voix.
Le contenu de ce livre est susceptible de faire traduire Sassou Nguesso et son clan à la Cour pénale internationale.
A mon avis et en tant qu’intellectuel considérant le débat politique ou social comme un terrain de sport où le fair play est de rigueur, il était donc normal d’apprécier l’évolution de la démarche de celui qui était en incompréhension, discussion ou en litige avec moi.
C’est aussi cela la démocratie. Ce n’est pas prendre la hâche de guerre sortir des chars des blindés ou empoisonnés les adversaires pour imposer ses vues ou prendre le pouvoir.
En s’auto-proclamant élu avec le score pharaonique de 88,57 % des suffrages, Denis Sassou N’Guesso a éteint l’incendie face à une possible annulation du scrutin pour cause d'"empêchement" du seul opposant de poids, Guy Parfait Kolelas.
Kolelas était déjà hors-jeu depuis la veille, le vendredi 19 mars 2021. Hospitalisé en fin d’après-midi dans une clinique de Brazzaville où il a semble-t-il été déclaré positif au Coronavirus Il avait en effet été dans l’incapacité de participer au dernier grand meeting de sa campagne.





Voir toutes nos émissions de Infos du Congo