DERNIERES EMISSIONS

+ de Interviews


Serge BERREBI s'explique aux Auditeurs du Forum sur sa plainte contre le Congo et DSK ancien Directeur général du FMI :
Ajouté le 08/08/2012


Suite à la plainte déposée par Monsieur Serge BERREBI; le Parquet de Grasse a ouvert une enquête préliminaire qui a été confiée au SRPJ de Marseille.
Il a été entendu par l'antenne de Police Judiciaire de Nice le 11 juillet 2012.
L'information est parvenue à Nice-Matin et pas un seul instant et elle a été reprise par la quasi-totalité de la presse française. Des radios l'ont interviewé : RTL, Radio France Bleue, RFI ainsi que Radio Forum FM de Brazzaville.
Des télés en ont parlé : iTélé, BFM et de très nombreux sites internet.
Mais il faut surtout louer la Justice Française d'avoir reçu une plainte rédigée par un individu seul. Les observateurs, unanimement, pronostiquaient son rejet.

Il est vrai qu'à l'heure où partout en Europe le problème de la dette pèse cruellement sur les Etats, il n'est pas interdit de penser que la Justice Française, ou celle de tout autre pays membre du Club de Paris, cherchera à comprendre les circonstances véritables dans lesquelles l'effacement de la dette congolaise a été accordée.
C'est pourquoi Monsieur Serge BERREBI s'est expliqué à Forum FM la Radio des droits de l'homme de Brazzaville.


En effet, la République du Congo a bénéficié d’environ 5 milliards de dollars d’effacement de sa dette au titre de l’initiative PPTE. Cette dernière a permis à 36 pays, dont 30 situés en Afrique, d’obtenir un allégement total de 76 milliards de dollars.
La République du Congo, a elle seule, a profité d’un quinzième de ce montant (1/15ème) soit plus du double de la moyenne par pays. De plus si l’on considère sa maigre population (moins de quatre millions) , par tête d’habitant elle a reçu, de cette initiative, environ 15 fois plus que sa voisine de la République Démocratique du Congo.
Le Nigéria, pays producteur de pétrole et peuplé de 162 millions d’habitants, a profité de la hausse de ses revenus pétroliers pour payer ses dettes. En 2009, la production pétrolière de ce pays était d’environ 1,7 million de barils par jour, soit 5 fois la production réelle de la République du Congo. Par tête d’habitant les revenus pétroliers du Congo sont pourtant 8,5 fois supérieurs à ceux du Nigéria, sans tenir compte des autres richesses minières et forestières dont regorge le pays de Monsieur Denis Sassou NGuesso.


Voilà pour les incohérences. C’est bien pour cela qu’il a fallu procéder à la falsification des comptes, des revenus et des rapports, car en réalité ni ses ressources financières (le Congo a reconnu avoir des milliards d’euros en dépôt à la Banque des Etats de l'Afrique Centrale BEAC), ni sa mal gouvernance ne destinaient ce pays à bénéficier de l’initiative PPTE. Son « endettement net est tombé à 3,5% du PIB à la fin 2010 » de quoi faire pâlir d’envie et de colère les contribuables de la France, des USA, de l’Espagne, de l’Italie etc. qui supporteront le poids de l’effacement.
Pourquoi tant de bienveillance à l’égard d’un Etat voyou, gangrené par la corruption où un clan dirige le pays?
S’agissant des créanciers privés, nous savons que son propre règlement interdit au Fonds Monétaire International d’intervenir, d’une manière ou d’une autre, dans les contentieux qu’ils peuvent avoir avec un Etat membre. Nous le voyons pour la Grèce actuellement, les banques consentent difficilement un discount de 50%. Pour la République du Congo, le FMI a été complice du double-jeu qui a permis un paiement sans décote des « Fonds Vautour » anglo-saxons et d’exiger par ailleurs un quasi-effacement total pour les autres créanciers en affirmant notamment : « Compte tenu de la nature volontaire de la participation des créanciers à l’initiative PPTE, le FMI et la Banque mondiale continueront de recourir à la persuasion morale pour encourager les créanciers à y participer et à assumer pleinement leur part de l’allégement au titre de cette initiative. » (Extrait de la fiche technique de l’initiative PPTE).
Et comme cela n’a pas suffit concernant la créance de Monsieur Serge BERREBI, aucun agent du FMI ne s’était donné la peine d’entrer en contact avec lui ou avec l’un de ses Avocats, le FMI et la Banque Mondiale ont préféré produire des faux documents dans leurs rapports. Cela dans le but de satisfaire le dictateur Sassou Nguesso, qui tenait à se faire une grande cagnotte pour l'achat des armes non conventionnelle et assurer son maintien au pouvoir par la force et l'intimidation.
Dans les milieux congolais circulaient des rumeurs d’une corruption massive autour des interventions des personnels des Institutions Internationales à Brazzaville.
Monsieur BERREBI exige que sa dette soit payée.


Voir toutes nos émissions de Interviews